Compétence exclusive du Conseil de prud’hommes pour se prononcer sur le bien-fondé du licenciement en cas de manquement de l’employeur à son obligation de sécurité (y compris en cas de faute inexcusable)

Compétence exclusive du Conseil de prud’hommes pour se prononcer sur le bien-fondé du licenciement en cas de manquement de l’employeur à son obligation de sécurité (y compris en cas de faute inexcusable)

Auteur : Adeline Cornic
Publié le : 22/10/2019 22 octobre oct. 2019

Seul le Conseil de prud’hommes est compétent pour se prononcer sur le bien-fondé d’un licenciement en cas de manquement de l’employeur à son obligation de sécurité envers le salarié (y compris en cas de faute inexcusable)
 
Par plusieurs arrêts du 3 mai 2018, la Cour de cassation s’est clairement prononcée sur la compétence exclusive du Conseil de prud’hommes pour statuer sur le bien-fondé d’un licenciement pour inaptitude médicale consécutif à un manquement de l’employeur. 
 
La difficulté se posait en cas de faute inexcusable de l’employeur, à la suite de laquelle le salarié avait été licencié.
 
En effet, seul le Pôle social du Tribunal de grande instance, (anciennement Tribunal des affaires de la sécurité sociale) est compétent pour connaître de l’action en reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur à l’origine d’un accident du travail/d’une maladie professionnelle envers le salarié, ainsi que de l’indemnisation des dommages du salarié consécutifs à cet accident du travail ou à cette maladie professionnelle. 
 
Il existait donc une confusion et une interrogation sur le point de savoir : 
  1. si le Conseil de prud’hommes restait compétent pour se prononcer sur le bien-fondé du licenciement pour inaptitude médicale d’un salarié victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle imputable à la faute inexcusable de l’employeur, 
  2.  si le salarié pouvait demander l’indemnisation consécutive au licenciement sans cause réelle et sérieuse devant le Conseil de prud’hommes, ou si, au contraire, il était considéré que seul le Pôle social du Tribunal de grande instance pouvait se prononcer, y compris sur l’indemnisation de la rupture abusive du contrat de travail. 
 
La Chambre sociale de la Cour de cassation a tenté de clarifier cette difficulté procédurale en retenant, comme principe que (arrêts du 3 mai 2018, n°16-26850 et n°17-10306): « si l'indemnisation des dommages résultant d'un accident du travail, qu'il soit ou non la conséquence d'un manquement de l'employeur à son obligation de sécurité, relève de la compétence exclusive du tribunal des affaires de sécurité sociale, la juridiction prud'homale est seule compétente pour statuer sur le bien-fondé de la rupture du contrat de travail et pour allouer, le cas échéant, une indemnisation au titre d'un licenciement sans cause réelle et sérieuse, 

Attendu, d'autre part, qu'est dépourvu de cause réelle et sérieuse le licenciement pour inaptitude lorsqu'il est démontré que l'inaptitude était consécutive à un manquement préalable de l'employeur qui l'a provoquée »
 
 
Concrètement, cela veut dire que le salarié, victime d’un accident du travail/d’une maladie professionnelle, peut agir à la fois : 
  1. Devant le Pôle social du Tribunal de grande instance, en reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur, pour obtenir une rente majorée d’accident du travail/maladie professionnelle, ainsi que l’indemnisation des dommages consécutifs à l’accident du travail et la maladie professionnelle (souffrances endurées, préjudice moral, préjudice esthétique, préjudice sexuel, déficit fonctionnel temporaire, assistance par tierce personne), 
 
  1. Devant le Conseil de prud’hommes, afin d’obtenir la requalification de la rupture de son contrat de travail en un licenciement sans cause réelle et sérieuse et la condamnation de son employeur à des dommages et intérêts pour le préjudice subi par la rupture abusive du contrat de travail. 
 
 
Les deux procédures visent à l’indemnisation de préjudices distincts. 
 
En effet, la procédure devant le Conseil de prud’hommes vise à mettre en évidence que l’origine de l’inaptitude médicale du salarié à son poste de travail est un manquement de l’employeur à son obligation de sécurité de résultat, ce dont il résulte que le licenciement est sans cause réelle et sérieuse. 
 
Le salarié peut obtenir des dommages et intérêts à ce titre. 
 
L’indemnisation est alors soumise aux barèmes légaux issus de l’ordonnance du 22 septembre 2017, dont la conformité aux Traités internationaux reste aujourd’hui débattue. 
 
La procédure devant le Pôle social du Tribunal de grande instance vise, quant à elle, à l’indemnisation des préjudices directement consécutifs à l’accident du travail et à la maladie professionnelle (dommages corporels, indemnisation forfaitaire des séquelles).
 
Cette complexité procédurale est regrettable, car à l’origine de procédures longues , d’incidents de procédure, qui sont autant d’obstacles à une juste indemnisation, dans un délai raisonnable, du salarié victime d’un risque professionnel.
 

Historique

<< < ... 4 5 6 7 8 9 10 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close
Fonctionnement du Cabinet à compter du 11 mai 2020 :  
  • Réouverture progressive du Cabinet : Pour la santé et la sécurité de chacun, je continue de travailler prioritairement à distance. Le suivi de vos dossiers est assuré grâce à un logiciel de travail à distance dont le Cabinet est équipé.
  • Téléconsultations : la téléconsultation reste privilégiée toutes les fois qu'elle est possible. Rendez-vous sur le site www.consultation.avocat.fr (site officiel de la profession) en cliquant sur la page https://consultation.avocat.fr/avocat-bordeaux/adeline-cornic-30369.html 
  • Il vous sera alors demandé de choisir un créneau de rendez-vous et de le prépayer en ligne sur un site de paiement sécurisé (tarif des téléconsultations : 60€ TTC pour 30 minutes et 120€ TTC pour 1h00). Une fois ces diligences accomplies, je vous confirmerai le rendez-vous et vous appellerai à l’heure fixée.
  • Rendez-vous au Cabinet : à compter du 18 mai, je pourrai de nouveau vous recevoir au Cabinet où j'ai mis en oeuvre des normes sanitaires en raison du Covid-19. Les consultations ont lieu uniquement sur rdv. Une procédure d'accueil vous sera envoyée préalablement par courriel. 
  • Réouverture progressive des Tribunaux : à compter du 11 mai, les Tribunaux rouvrent progressivement leurs portes. Les audiences se tiennent de nouveau, selon un planning qui évolue chaque semaine. Je vous en avise cas par cas. 

Ok