Mobilité professionnelle

Peut-on imposer une mutation géographique au salarié?

Auteur : Adeline CORNIC
Publié le : 06/07/2022 06 juillet juil. 07 2022

La question du lieu de travail est au coeur de la relation de travail, encore plus à l'heure où beaucoup de salariés aspirent au télétravail, en limitant au maximum les contraintes liées aux déplacements professionnels. 

Dans ce contexte, l'employeur peut-il imposer une mutation géographique au salarié?

La question se pose plus particulièrement quand une clause de mobilité a été insérée au contrat de travail et qu'elle a été acceptée du salariée. 

La clause de mobilité géographique doit respecter certaines conditions pour être valable et opposable au salarié, sous peine de nullité. 

Notamment, il est impératif qu'elle définisse précisément la zone géographique de son application et qu'elle ne confère pas à l'employeur le pouvoir d'en étendre unilatéralement la portée. 

A défaut, la clause est nulle, même si cette extension est contractuellement prévue et que la clause a été signée du salarié.Par exemple, les juges ont rejeté l’application d’une clause de mobilité non précise prévoyant que "la société pourra être amenée à transférer le salarié dans tout service de la société ou dans un de ses secteurs". A également été écartée la clause qui prévoyait son application "dans tous les établissements de l’entreprise", sans aucune référence géographique.

Si la clause de mobilité doit définir de façon précise sa zone géographique d'application, la Cour de cassation admet la licéité des clauses de mobilité fixant comme étendue géographique le territoire français ou toute autre étendue géographique très large (Europe, Monde). 

En cas de contentieux, les juges vérifient que la clause de mobilité est indispensable à la protection des intérêts légitimes de l'entreprise, qu'elle est proportionnée au but recherché, compte tenu de l'emploi occupé et du travail demandé et qu'elle est justifiée par la nature de la tâche à accomplir. Ces conditions sont vérifiées sous peine de nullité. 

C'est donc sous réserve de ces conditions, dont il convient de vérifier le respect, qu'une mutation géographique peut être imposée au salarié.

En cas de refus, si la clause de mobilité est valable, le salarié s'expose à une sanction pouvant aller jusqu'au licenciement. 

En revanche, le salarié n'est pas fautif quand il refuse une mobilité géographique alors que cette mobilité n'a pas été prévue contractuellement, ou quand il refuse l'application d'une clause de mobilité nulle. 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.