Question-réponse 1 – « Coronavirus : L’exercice du droit de retrait du salarié est-il modifié ? »

Question-réponse 1 – « Coronavirus : L’exercice du droit de retrait du salarié est-il modifié ? »

Publié le : 31/03/2020 31 mars mars 2020
Dans le contexte de crise sanitaire qui touche actuellement le pays, Me CORNIC revient sur des situations rencontrées par les salariés et les employeurs du fait de cette crise, à travers quatre questions-réponses.

Prévu à l’article L 4131-1 du Code du travail, le droit de retrait permet à un salarié confronté à une situation de danger grave et imminent, ou lorsque les systèmes de l’autorisation préalable de son employeur, sans risquer de retenue sur salaire ni de sanction.

Le salarié doit toutefois alerter préalablement son employeur la situation de danger à laquelle il est exposé avant d’exercer son droit de retrait.

Ce droit est-il modifié par les ordonnances instaurant l’état d’urgence sanitaire, publiées au Journal officiel le 25 mars 2020 ?

Les ordonnances instaurant l’état d’urgence sanitaire ne portent pas sur le droit de retrait, qu’elles ne modifient pas.  Même en période d’urgence sanitaire, le salarié est donc en droit de se retirer de son poste de travail, si les conditions d’exercice du droit de retrait sont réunies.

La question se pose notamment pour les salariés qui doivent travailler en présentiel en période de coronavirus : personnel de santé, postiers, livreurs, caissiers, salariés de la chaîne alimentaire, du transport, de la logistique, etc.

Face à cette situation, l’enjeu est de savoir si l’employeur, en ces circonstances exceptionnelles, respecte son obligation de sécurité et de protection de la santé envers ses salariés, à savoir :
-    recours au télétravail,
-    réaménagement des locaux professionnels pour respecter les règles de distanciation sociale,
-    mise à disposition d’équipements de protection : masques, gants, savons, gel hydro-alcoolique,
-    nettoyage des locaux professionnels,
-    installation de plaques plexiglas aux caisses des magasins et des pharmacies,
-    mise en œuvre de nouvelles règles pour la remise des colis et des livraisons,
-    report des déplacements professionnels non indispensables, etc.

L’état d’urgence sanitaire ne justifie donc pas à lui seul l’exercice du droit de retrait.

Le salarié doit justifier d’un motif légitime avant d’exercer son droit de retrait, et notamment de la carence de l’employeur dans la mise en œuvre de mesures nécessaires et spécifiques de prévention d’exposition au virus.

A lire également sur le sujet dans Le Monde
 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close
Fonctionnement du Cabinet à compter du 11 mai 2020 :  
  • Réouverture progressive du Cabinet : Pour la santé et la sécurité de chacun, je continue de travailler prioritairement à distance. Le suivi de vos dossiers est assuré grâce à un logiciel de travail à distance dont le Cabinet est équipé.
  • Téléconsultations : la téléconsultation reste privilégiée toutes les fois qu'elle est possible. Rendez-vous sur le site www.consultation.avocat.fr (site officiel de la profession) en cliquant sur la page https://consultation.avocat.fr/avocat-bordeaux/adeline-cornic-30369.html 
  • Il vous sera alors demandé de choisir un créneau de rendez-vous et de le prépayer en ligne sur un site de paiement sécurisé (tarif des téléconsultations : 60€ TTC pour 30 minutes et 120€ TTC pour 1h00). Une fois ces diligences accomplies, je vous confirmerai le rendez-vous et vous appellerai à l’heure fixée.
  • Rendez-vous au Cabinet : à compter du 18 mai, je pourrai de nouveau vous recevoir au Cabinet où j'ai mis en oeuvre des normes sanitaires en raison du Covid-19. Les consultations ont lieu uniquement sur rdv. Une procédure d'accueil vous sera envoyée préalablement par courriel. 
  • Réouverture progressive des Tribunaux : à compter du 11 mai, les Tribunaux rouvrent progressivement leurs portes. Les audiences se tiennent de nouveau, selon un planning qui évolue chaque semaine. Je vous en avise cas par cas. 

Ok